Présentation du projet

Le projet KILONGA « Lutte contre le travail des enfants à travers l’éducation »

Le projet KILONGA est un projet finance par le département américain du travail et mis en œuvre par PACT Madagascar et SIVE (Sehatra Ivoaran’ny VEhivavy)

Il fait suite à l’expérience démontrée par l’équipe de PACT lors de la mise en œuvre d’un projet similaire de BIT/IPEC contre le travail des enfants dans la Région d’Anosy.

Il a pour objectif la lutte contre le travail des enfants à travers l’éducation à Madagascar.

Pour une durée de 4 ans, la stratégie de mise en œuvre se focalise sur :

-          le retrait des enfants issus des milieux professionnels où la pire forme du travail des enfants est la plus accentuée,

-          le renforcement de capacité de diverses structures locales (associations & groupements) dans la lutte contre le travail des enfants et la promotion de leur éducation (formelle et informelle),

-          la mise en place d’un système d’information permettant de suivre l’évolution de la situation sur le travail des enfants à Madagascar,

-          la mise en place d’une structure pérenne pour lutter contre le travail des enfants à Madagascar.

Les interventions sont menées au sein de 7 régions où la situation sur le travail des enfants est la plus alarmante : Alaotra Mangoro, Analamanga, Anosy, Atsinanana, Diana, Haute Matsiatra et Vakinankaratra.

Les enfants touchés par le phénomène sont en grande partie ceux issus des familles pauvres n’ayant pas les moyens de s’offrir les moyens de subsistance adéquats tels que : la nourriture, la scolarisation et la santé. En effet, la participation des enfants dans l’amélioration du revenu familial est sollicitée et les enfants sont souvent – dans la plupart des cas – exposés à des conditions de travail indécentes.

Les principales causes du travail des enfants à Madagascar sont la pauvreté, le manque de scolarisation, les us et coutumes et plus particulièrement la situation économique de l’île aggravée par le contexte socio politique actuel.

Face à cette situation, le projet fournit des appuis et services humanitaires tant pour les enfants victimes que pour leur famille d’origine.

Pour ce faire, quatre éléments de réponses sont apportés par le projet :

  1. La prévention et le retrait des enfants travailleurs
  2. La promotion et la facilitation de l’éducation des enfants victimes (démarche administrative, appuis matériels, soutien psychologique),
  3. L’intensification des campagnes de sensibilisation et d’information sur la législation en vigueur et son application.
  4. Le développement des activités génératrices de revenu pérennes pour les familles des enfants victimes,